Les techniques chirurgicales décrites ont été approuvées par de nombreuses sociétés scientifiques et objectives ; le texte utilisé est celui qui a été recommandé par la BSCRS (Belgian Society of Cataract & Refractive Surgeons) dans ses brochures sur la chirurgie de l’œil, fruit d’un travail de collaboration entre plusieurs médecins ophtalmologues. La BSCRS compte 220 membres, tous médecins ophtalmologues.

Implant réfractif

Implant réfractif : une lentille ou implant spécial peut être inséré dans l’œil, dans le but de corriger une myopie élevée, ou plus récemment, une hypermétropie élevée.

Ce concept d’implanter une lentille dans un œil « sain », sans enlever le cristallin naturel, n’est pas nouveau et date de plus de 30 ans. A cette époque, les implants disponibles n’avaient pas la même qualité que ceux que nous utilisons aujourd’hui, et malgré cela, ces lentilles étaient bien tolérées. Avec la qualité des nouvelles optiques, il est possible de réaliser un implant très fin, à implanter dans la chambre postérieure de l’œil (derrière l’iris) ou dans la chambre antérieure de l’œil (devant l’iris). Certaines de ces lentilles  » flottent  » littéralement derrière l’iris, d’autres sont fixées par de petites anses ou de petites pinces qui enclavent l’iris.

Il appartient donc au chirurgien de conseiller au patient la meilleure lentille dans son cas particulier.

Cette chirurgie se déroule en salle d’opération, sous anesthésie locale ou générale, suivant le cas.
Un examen très détaillé de l’œil est réalisé avant toute intervention : il faut mesurer la profondeur de la chambre antérieure par échographie, mesurer la courbure et le diamètre de la cornée, contrôler la rétine, la tension de l’œil, etc.

Les risques principaux de cette technique sont : l’infection, le glaucome, le décollement de rétine, des halots la nuit, une sur-ou une sous-correction. Ces complications sont rares. En outre, avec les nouveaux implants, le risque d’avoir une complication grave, pouvant diminuer la meilleure acuité visuelle, est faible et la puissance de la lentille à implanter peut être calculée avec précision dans la plupart des cas, ce qui évite toute surprise réfractive.

Cette chirurgie n’est pas remboursée par l’I.N.A.M.I en Belgique, mais certaines assurances privées la considèrent comme toute autre opération et la rembourseront suivant les contrats souscrits.

Kératotomie radiaire et arciforme

Cette technique était très populaire dans le passé ; la kératotomie est principalement utilisée de nos jours pour corriger de petites amétropies, ou pour améliorer le résultat visuel après chirurgie de la cataracte ou autre procédé réfractif ayant laissé une petite myopie résiduelle ou un astigmatisme léger.

De petites incisions sont réalisées au niveau de la cornée, sous anesthésie locale, dans le but d’obtenir un aplatissement central.

Chirurgie du glaucome

Une nouvelle technique est le Stent. Il s’agit d’un petit tuyau (voir schéma) implanté dans l’œil grâce à un injecteur. L’intervention est réalisée sous anesthésie locale, en ambulatoire, et dure quelques minutes. Il s’agit d’une intervention filtrante, permettant l’écoulement de l’humeur aqueuse, sans devoir recourir à l’intervention classique de trabéculectomie.
La pression oculaire est fortement améliorée et dans la plupart des cas, le traitement antiglaucomateux peut être interrompu, car la pression intraoculaire est normalisée.
Cette intervention peut être pratiquée également chez les patients opérés de la cataracte, voire être réalisée lors de l’intervention de la cataracte.

Chirurgie de la rétine

Ici encore, de petits trous ou déchirures au niveau de le rétine périphérique peuvent être traités par le laser ; en cas de véritable décollement de rétine, une opération conventionnelle, confiée à un chirurgien spécialiste de la rétine, doit être réalisée, afin de restaurer la meilleure acuité visuelle possible.

Chirurgie du strabisme

Afin de corriger le strabisme d’un enfant, et parfois l’amblyopie associée, on peut intervenir sur les muscles de l’œil et les déplacer légèrement. Certains adultes sont opérés uniquement pour raison cosmétique.

Chirurgie des paupières

A réaliser lorsque le bord libre de la paupière bascule vers l’intérieur (entropion) ou vers l’extérieur (ectropion). Les yeux sont alors irrités par le frottement des cils, ou par l’ouverture palpébrale béante. Le blépharochalasis (excès de peau au niveau de la paupière supérieure) peut aussi être traité.

Vous avez des questions?

Nous nous ferons un plaisir d’y répondre dans les plus brefs délais.